Cancer du Rectum

Le cancer du rectum a la même origine et évolution que le cancer du colon, avec des particularités dues à sa situation.

Le rectum correspond à la parte terminale du colon, juste au dessus de l’anus avec son sphincter, il sert de réservoir pour les selles et est situé dans le petit bassin (pelvis) qui est un espace réduit.

Pour décider du traitement, la localisation du cancer sur le rectum est fondamentale.

  1. un cancer du haut rectum ou de la charnière entre le rectum et le colon peut être considéré comme un cancer du colon (cf fiche cancer du colon).
  1. Traitement pré-opératoire

Pour un cancer du moyen ou bas rectum (proche de l’anus), un traitement par radiothérapie, le plus souvent associé à une chimiothérapie, peut être proposé, en fonction du volume du cancer. Le volume est évalué par le toucher rectal, en consultation, et surtout par l’écho-endoscopie (par une sonde d’échographie introduite par l’anus) et l’IRM (lmagerie par Résonnance Magnétique).

La radiochimiothérapie si elle est décidée, est un traitement qui dure 5 semaines, à raison d’une séance courte par jour, 5 jours par semaine. La chimiothérapie associée se donne soit en comprimés, soit en perfusion hebdomadaire. La radiochimiothérapie permet de diminuer le risque de récidive du cancer du rectum. Ce traitement peut se faire sans hospitalisation.

La chirurgie doit alors se faire 8 à 10 semaines après la fin de la radiothérapie. Dans l’intervalle, une nouvelle évaluation comprenant toucher rectal, IRM et scanner, est réalisée, permettant de vérifier la réponse du cancer au traitement.

3. Traitement chirurgical

En fonction de la localisation exacte du cancer, de sa situation par rapport à l’anus, le rectum devra être enlevé en partie ou totalement. S’il est enlevé en totalité, le plus souvent on réalise un « néo-rectum » en repliant le colon, pour faire un nouveau réservoir des selles.

La couture du colon sur le très bas rectum ou l’anus, est une couture fragile qui doit de toute façon être protégée par une déviation des selles, un anus artificiel ou stomie temporaire, qui reste en place tant que la couture n’est pas cicatrisée (en général 6 semaines).

C’est seulement si le cancer envahi le sphincter de l’anus qu’il faudra faire une stomie définitive. Cette situation est devenue très rare actuellement, grâce à la radiothérapie d’une part et aux progrès de la chirurgie de l’autre : on peut en effet actuellement enlever une petite partie de sphincter et rétablir un circuit digestif normal pour des cancers même très proche de l’anus, au prix d’un peu plus de troubles de la continence.

  1. Apres la chirurgie

Les indications d’une chimiothérapie complémentaire et la surveillance sont les mêmes que dans le cancer du colon.

Apres chirurgie du cancer du rectum, la fonction d’évacuation des selles est forcément modifiée. Les selles sont plus fréquentes et, si le sphincter a été touché, il peut y avoir des fuites ou des impériosités. Cependant, le résultat fonctionnel s’améliore toujours spontanément au cours des semaines puis des mois. De plus, plusieurs médicaments ou des séances de rééducation peuvent encore améliorer la fonction d’évacuation des selles.

Par ailleurs, la chirurgie du cancer du rectum comporte un petit risque sur les fonctions urinaires et sexuelles. Si vous notez une altération de ces fonctions (difficultés à uriner, troubles de l’érection), n’hésitez pas à en parler car des traitements efficaces existent.