Prolapsus rectal et Rectocèle

Un prolapsus est une chute ou une issue anormale d’un organe ou d’une partie d’un organe. Au niveau du pelvis (du bassin), il peut y avoir prolapsus de la vessie en avant, de l’utérus ou du vagin au milieu, ou du rectum en arrière ;  c’est ce que l’on appelle couramment la « descente d’organe », qui apparaît le plus souvent après la ménopause, et est favorisé par les accouchements multiples ou compliqués.

Le prolapsus du rectum touche 9 femmes pour un homme. Il est favorisé par la ménopause et les accouchements, mais aussi par la constipation ou certains médicaments (neuroleptiques).

Il s’agit de l’extériorisation d’une partie du rectum à travers l’anus, qui survient lors de la défécation, lors d’efforts de poussées abdominales ou plus rarement lors d’efforts physiques. Cette extériorisation peut être de taille variable, s’accompagne d’une gène voire d’une douleur, et disparaît souvent en position couchée. Il n’y a pas d’examen complémentaire nécessaire, puisque le prolapsus est visible à l’œil nu.

Parfois, le prolapsus n’est pas visible à l’extérieur, on parle alors de prolapsus interne. Parfois ce prolapsus se fait vers l’avant, le plus souvent chez les femmes, vers le vagin, on parle alors de rectocèle. Pour ces 2 formes, le diagnostic est confirmé par une radiographie particulière, appelée colpocystodéfécographie, qui comporte des clichés en poussée et au repos et plusieurs produits de contraste.

Le prolapsus et la rectocèle peuvent s’accompagner de faux besoins, sensation de pesanteur, difficultés à aller à la selle, saignements ou incontinence.

Le traitement consiste d’abord à traiter la constipation très souvent associée, par un régime et des médicaments laxatifs. Parfois, la rééducation du périnée peut être utile (chez un kinésithérapeute spécialisé).

Le traitement chirurgical est indispensable en cas de prolapsus extériorisé, en raison de l’incontinence fréquente, du risque faible d’étranglement (le prolapsus ne rentre plus) mais surtout du risque d’ulcération du rectum (la paroi du rectum s’abime en raison des frottements, entrainant des saignements et des douleurs).
En cas de rectocèle ou de prolapsus interne, le traitement chirurgical est indiqué en cas d’échec des traitements médicaux, en particulier en cas d’ulcère ou de difficultés majeures pour l’évacuation des selles.
L’intervention de référence est la rectopexie.