Colectomie Gauche – Sigmoïdectomie

La colectomie gauche est l’intervention qui enlève la moitié gauche du colon, laissant en place le colon droit et le colon transverse en amont et le rectum en aval. La sigmoïdectomie, intervention beaucoup plus fréquente, enlève seulement le sigmoïde (qui est une partie du colon gauche).

C’est le traitement chirurgical de référence en cas de cancer du colon gauche ou de diverticulose compliquée.

Il n’y a pas de préparation particulière du colon avant l’intervention.

S’il s’agit d’une chirurgie pour cancer, une immuno-nutrition est prescrite, à prendre pendant les 7 jours avant l’intervention, à raison de 3 briquettes par jour, pour diminuer le risque de complication infectieuse.

Vous devrez mettre une paire de bas de contention avant de descendre au bloc opératoire, en prévention du risque de phlébite.

L’intervention se fait sous anesthésie générale, le plus souvent sous coelioscopie: avec 4 petites cicatrices de 5 à 10 mm et 1 plus grande cicatrice de 4 à 5 cm qui permet l’ablation du colon.

Le rétablissement de la continuité digestive entre le colon et le rectum (anastomose colo-rectale) se fait dans le même temps opératoire.

Rarement, quand les conditions locales sont défavorables, en particulier en cas d’abcès, cette anastomose peut être protégée par un anus artificiel (stomie) temporaire, qui dévie le transit jusqu’à cicatrisation de l’anastomose. Cette stomie est située sur l’intestin grêle et sera enlevée soit 8 jours plus tard en cas de cicatrisation rapide, soit le plus souvent 6 semaines après la 1ère opération (voir Rétablissement de continuité).

Au réveil, l’opéré a une sonde urinaire qui sera enlevée le lendemain, et une perfusion. La sonde gastrique est retirée au réveil. Il n’y a en général pas de drain (et rarement une poche de stomie).

Le levé et la réalimentation peuvent se faire rapidement, avec une alimentation normale, sans régime, après 3-4 jours.

L’hospitalisation dure en général une semaine.

Le traitement anti-coagulant (1 piqure par jour) doit être poursuivi pendant 30 jours après l’intervention, en prévention du risque de phlébite.

A distance de cette intervention, il n’y a en général pas de modification du transit, parfois un peu de diarrhée ou de constipation.

Si vous avez été opéré d’un CANCER, il peut être nécessaire d’effectuer un  traitement complémentaire post-opératoire par chimiothérapie. Le plus souvent, la décision de ce traitement sera prise après votre sortie de l’hôpital, après les résultats de l’analyse de la pièce opératoire (qui prend  généralement 15 jours), lors d’une réunion pluridisciplinaire (avec chirurgiens, gastro-entérologues, cancérologues, etc…).  Vous serez bien-sûr informé de cette décision et vous verrez ensuite en consultation un cancérologue de votre choix.